Soirée EDO de Mars : C’est quoi une initiation au Shibari ? [Partie 1]

Un peu par hasard (si vous pensez que taper « Shibari Nantes » dans google est un hasard), j’ai découvert qu’il y avait une soirée d’initiation au Shibari pas loin de chez moi un week-end où j’étais libre…. comme un crétin, j’ai signé.

Une soirée d’initiation au bondage japonais

Avant la soirée

En toute honnêteté je fais le malin maintenant car la soirée s’est (très) bien passée, mais avant la soirée je n’étais pas trop rassuré. Je ne savais vraiment pas ce que j’allais trouver, internet renvoyant tout et n’importe quoi quand on cherche Shibari ou Bondage …

initiation au bondage

Mes craintes n’auront pas duré longtemps. Quelques heures après avoir pris un billet sur le site de EDO je reçois un coup de fil de Sébastien Kordenn qui s’assure que j’ai bien compris quelques principes de base. Hyper sympa et sans prise de tête, me voilà un peu rassuré pour aller à la soirée.

Le jour J j’ai un peu de stress quand même. Cela faisait longtemps que je ne m’était pas demandé comment m’habiller pour aller à une soirée. Au final ma garde robe ne m’a pas laissé d’autres choix que mes habituels jean/t-shirt/pull, et ce fut parfait : tout le monde était en tenue décontractée et sans prise de tête. Pour vous donner une idée les tenue sont similaires à un cours de yoga tranquille.

Au final j’ai passé une soirée incroyable, extrêmement riche d’enseignements et de découvertes. Etant sketchnoteur récidiviste, j’ai essayé de prendre des notes (même pas peur), j’ai aussi essayé de faire une synthèse de tout ce que j’ai vu (encore moins peur). Mais au final pour une fois je n’ai pas envie de synthétiser ! Au contraire, j’ai envie d’en parler encore et encore, d’où ce blog, d’où cet article.

L’initiation

La fin d’après-midi fut consacrée à une initiation. Il n’est pas nécessaire d’avoir un.e partenaire pour y assister (ce qui m’arrangeait). L’initiation était assurée par Bertrand Desliens. Le contenu est hyper riche, et malheureusement dans cet article je ne vais vous parler que des moins fun : ceux concernant la sécurité et le respect. En effet ce sont les deux points les plus importants ! 

La sécuritébon et mauvais noeud_cr

Pour commencer Bertrand nous remets une corde à chacun et passe un peu de temps à nous montrer le noeud de départ du Shibari : le Summerville Bowline. Je vous ferai un article entier sur les cordes et un autre sur ce noeud, c’est une promesse. Manipuler cette corde fut une vraie révélation. J’ai adoré la manipuler, la nouer, la faire et la défaire. J’ai adoré ça, c’est une évidence pour moi, il faut que je m’y mette. Mais une autre évidence s’impose vite : on ne peut pas faire n’importe quoi : je l’ai un peu trop serré autour de mon genou de droite et j’ai eu mal pendant les 3 jours qui suivent. C’est pour ça qu’il y a des bons noeuds et des mauvais noeuds ! Bertrand le résume en ces mots : c’est un jeu de con. Bien évidemment érotique, mais en plus on peut se faire mal, aussi bien au corps qu’au mental. 

Le nerf radial

 

Autre point important, les bras et les jambes sont parcourus par des nerfs très importants. En particulier le bras est parcouru par un nerf qui contrôle le poignet et la main.

Nerd radial 2

Il n’est pas possible de savoir par où passe le nerfs radial, car cela varie d’une personne à l’autre. De plus la compression va le pincer progressivement, on ne s’apperçoit donc pas forcément tout de suite qu’elle est en train d’avoir lieu.

La seule solution pour limiter le risque est de surveiller la sensibilité et la mobilité des doigts du modèle dès que les bras sont attachés. La modèle touche ses doigts régulièrement. Le rigger vérifie régulièrement que la modèle peut serrer sa main et tendre les doigts. 

Le consentement

Un des soucis de tous les jeux de domination est de bien faire la part des choses entre ce qu’il peut se passer dans le jeux et ce qu’il se passe en dehors. Pas besoin de pratiquer pour savoir cela. C’est un des trucs qui m’a fait hésiter à me lancer : je suis hyper convaincu de l’égalité homme-femme, je milite pour ça au travail, c’est un sujet important pour moi … et pourtant le bondage m’attire. Un peu difficile à admettre et à assumer, mais c’est comme ça.

Le truc dont je n’avais pas conscience et qui nous a été très bien expliqué par Bertrand, c’est que pendant le jeu, la modèle est submergée d’endorphine, elle est dans un état second. Résultat on ne peut pas considérer qu’elle donne son accord pour quelque chose pendant le jeux. Il faut donc discuter et échanger avant des limites et des envies de chacun, et strictement les respecter pendant le jeu. C’est la responsabilité du rigger de garder la tête froide sur ce point pendant le jeux, et bien évidemment la modèle peut toujours dire stop et interrompre quelque chose qui ne lui plait pas.

 

Consentement

Je me rends compte que certains d’entre vous trouveront que parler de viol pour des oreilles de lapins est peut être exagéré, et pourtant réfléchissez bien :

  • Le shibari est une activité érotique, donc sexuelle par nature
  • La modèle à dis qu’elle ne voulait pas de quelque chose (aussi futile que cela soit)
  • Le rigger l’a convaincue PENDANT le JEU de faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire
  • C’est exactement comme s’il avait profité d’un moment d’ébriété ou s’il l’avait droguée pour abuser d’elle

Ce sujet est particulièrement complexe et sensible. Je vous renvoie vers les échanges facebook des annonces de la place des cordes pour juger de la complexité du sujet et des profondeurs des plaies psychologiques que l’on peut s’infliger sans le vouloir.

Dans tous les cas je pense qu’il faut se souvenir que la modèle confie sa sécurité et son contrôle au rigger, mais qu’elle est libre de reprendre contrôle à tout moment en disant stop, et que bien évidemment le rigger doit prendre soin de sa sécurité avant, pendant et après la séance de cordes.

Et le plaisir dans tout ça ?

Je m’apperçois que ce premier article du blog ne parle pas du plaisir, de la dimension érotique des cordes, et tout un tas d’autres sujets :

  • L’aftercare
  • La performance d’Alex et Steph
  • Le Shibari en lui-même, ou « ce que j’ai compris du jam »
  • Le lacher prise
  • … plein d’autres choses

Mais pour moi la sécurité et le respects sont la base de tout. Rien ne peut avoir lieu sans que ces deux pilliers soient bien assurés pour les participants.

J’ai rédigé une petite suite à cet article. Vous la trouverez [ICI] 

4 commentaires sur “Soirée EDO de Mars : C’est quoi une initiation au Shibari ? [Partie 1]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s